navigation

Chappaz quitte Netvibes 24 juillet, 2007

Posté par quentin dans : Communautés Virtuelles,News,Réseaux Sociaux , 1 commentaire

Pierre Chappaz, autre Genevois et entrepreneur francophone à succès, a décidé de quitter netvibes. Il délaisse donc le fournisseur populaire de pages d’accueils personnalisable pour se consacrer à l’un de ses autres projets, wikio, un aggrégateur de données en provenance de blogs. A l’origine de la décision, des mésententes au niveau de la génération de revenus et de la propagation du service. C’est vrai que les pistes pour la monétisation de netvibes (qui pendant très longtemps ne s’en est pas soucié, utilisant la philosophie « on grossit et quand on sera énorme on vaudra de toutes façons quelque chose) sont assez floues, et je comprends que ça ait pu être un sujet de discorde. Quand on fait tout pour rendre complètement personnalisable une page (une page d’accueil, de surcroît), ça le fait moyen d’aller insérer des publicités au milieu de tout ça.

Pour ce qui est de wikio, je ne sais pas ce qu’il en est dans les autres langues, pour la version francophone, j’ai en fait un peu de mal à en saisir l’avantage par rapport à d’autres services type Google News. Certes, je peux commenter sur wikio, de même que voter, ce qui en fait un espèce de mélange entre Google News et digg. Sauf qu’en général on peut aussi commenter directement sur le site qui a publié l’information (libé lemonde etc.), et fondamentalement, il me semble que c’est l’endroit le plus légitime pour le faire. Peut être le jour ou la communauté de wikio sera suffisamment importante, la taille de cette communauté fera qu’elle deviendra le meilleur endroit pour commenter/discuter les news qui y apparaissent (comme dans le cas de slashdot ou digg justement). C’est tout le mal qu’on souhaite à mister Chappaz.

Second Life : le hype se dissippe

Posté par quentin dans : Communautés Virtuelles,Réseaux Sociaux , ajouter un commentaire

Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais vraiment cru à SecondLife. Pas vraiment à cause du principe. Le fait de créer et de développer un monde virtuel parallèle dans lequel chacun maitrise un certain nombre de paramètres de sa vie qui lui échappent dans le monde réel, c’est à mon sens une idée qui peut tout à fait marcher. Mais plutôt à cause de la réalisation de cette idée.

Comment croire au succès d’un jeu qui rame péniblement même quand on s’y connecte avec une connection 8 mégas, et depuis un PC récent disposant d’une bonne carte graphique ? Mes quelques essais dans le jeu m’ont rappellé des vieux souvenir du temps ou j’essayais de jouer à Quake 3 sur un pentium 233MHz. Par ailleurs, l’impression générale qui se dégage de l’activité dans le jeu, c’est qu’en gros on a 2 activités à disposition, à savoir le chat, et un jeu de construction se rapprochant du lego électronique.

D’oú vient dès lors le « succès » très médiatisé du jeu ? Justement probablement du fait qu’il est très médiatisé. Il doit y avoir de très bon marketters derrière tout ca, pour avoir su attirer dans le jeu quelques grosses entreprises, et sur-médiatiser leur venue pour que débarque ensuite une nuée de suiveurs, en empochant des gros sous au passage.

C’est donc sans surprise qu’en visitant pointblog, on apprend que, d’après Forrester, des 8 millions d’inscrits au jeu, il n’y en aurait qu’environ 30 ou 40000 en ligne à un instant donné. Pour vous donner un élément de comparaison, tous les jours unblog reçoit environ 10000 visiteurs concurrents à l’heure de pointe. Ca donne une bonne idée du caractère surfait du succès de SecondLife. Ou alors il faut vraiment que je prenne des cours de marketing.

LIFT07 – Deuxième jour 19 février, 2007

Posté par quentin dans : Communautés Virtuelles,Entreprenariat,Réseaux Sociaux , 1 commentaire

Le second jour de LIFT était consacré à des conférences sur des sujets divers. Le discours d’ouverture par la chairwoman de wikipedia n’avait rien d’extraordinaire, mais n’a pas manqué de déclencher une vague de commentaires de blogueurs autour du web suite à une rumeur (non fondée) selon laquelle Wikimedia (la fondation qui fait tourner wikipedia) n’avait suffisament de fonds que pour 3 mois. Cette déformation grossière des propos effectivement tenus, qui plus est par des personnes meme pas présentes à la conférence, a déclenché moult discussions et billets d’humeurs comme seuls nos blogueurs les plus controversés savent le faire.

Les 3 conférences qui ont suivi le matin furent très intéressantes. Outre une divertissante démonstration des possibilités offertes aux adolescents fans d’habbo hotel, Lee Bryant a soutenu la thèse intéressante que les effets de masse dont bénéficient les grosses communautés du web pourraient être obtenus par les entreprises suffisament grosses pour qu’assez d’utilisateurs s’impliquent dans une communauté limitée à cette entreprise.  Ayant moi-meme un passé dans quelques sociétés « corporate », j’ai quelques doutes sur cette théorie, mis à part peut etre dans une très grosse société focalisée sur l’informatique et dont la majeure partie des employés a accès à l’ordinateur.

Un des highlights de la conférence pour moi était la présentation par Stowe Boyd, « Social, me first« , principalement parceque j’adhère complétement aux principes exposés. En résumé, toute communauté sur le web doit si elle désire réussir, se focaliser d’abord sur les aspirations de l’individu. Les utilisateurs ne joignent que rarement une communauté qui n’est pas déja extrêmement bien établie pour ses aspects communautaires, mais bien pour ce qu’ils peuvent en tirer à titre personnel. Il est important de faire d’abord un endroit ou les gens se sentent bien et qui leur fourni un service satisfaisant, avant de songer à extraire du service des fonctionnalités communautaires.

C’est exactement la philosophie que j’essaye de mettre en place avec unblog : d’abord, donner au blogueur un environnement convivial et plaisant pour qu’il puisse s’exprimer en tout confort. Ensuite, ajouter des dimensions communautaires au site afin d’obtenir à la fois, une valeur ajoutée sortant de la masse d’informations disponible, et à la fois, profitant au blogueur par l’extension de son réseau de connaissances sur et en dehors du site, fournissant plus d’activité sur son blog, etc.

Parmi  les conférences de l’après midi, je retiendrai surtout le divertissant Bernino Lind (qui a quand meme fait venir des musiciens roms jouant de l’accordéon pendant sa présentation), et la grosse déception de la présentation de Pierre Chappaz. Venant du créateur Francais (!) de Netvibes, Kelkoo et Klio, et avec une présentation intitulée « Média 2.0″ j’espérais un exposé visionnaire et brillant de ce qu’allait etre le web de demain. Au lieu de ca, l’audience s’est vu servir une présentation marketing des nouvelles features à venir de netvibes et expliquer combien c’était génial de pouvoir tout incorporer dans des widgets, le tout dans un anglais, disons, approximatif… Seule idée pas trop marketing sortie de cette présentation : « la page web va disparaitre », et encore ca pourrait etre considéré comme un argument marketing pour vendre netvibes. En plus, je vois mal comment la popularisation des aggrégateurs en tout genre et des « widgets » va faire disparaitre la page web, un aggrégateur se doit avant tout d’aggréger quelque chose, et tout contenu doit bien être, à l’origine, posté sur une page web. Enfin somme toute je trouve dommage d’avoir fini cette journée par cette présentation, tombée dans le travers des présentations « marketing-pipeau » que dans l’ensemble LIFT avait assez bien réussi à éviter sinon.

Retour sur LIFT07 – Premier jour 16 février, 2007

Posté par quentin dans : Blogging,Communautés Virtuelles,Entreprenariat , ajouter un commentaire

La semaine dernière j’ai eu la chance et le plaisir de participer à la conférence LIFT 2007. 3 jours de présentations, rencontres et découvertes, avec pour sur des hauts et des bas, mais globalement une expérience très enrichissante.

Le premier jour était dédié à des « workshops », ou les participants, réunis en groupes de 30-40 personnes, réfléchissaient autour d’un sujet. Les 2 workshops auxquels j’ai participé, « DIY monitoring and evaluation » et « Legal issues and perspectives », furent tous deux intéressants à divers degrés. Le premier m’a surtout intéressé car c’est mon propre projet qui a été choisi comme cas pratique de discussion par un certain nombre de participants. C’est toujours bon d’avoir du feedback de personnes ayant un oeil complètement nouveau sur un service ou un concept. Le second, très orienté vers les aspects juridique, était particulièrement intéressant pour moi dans le contexte ou ma société permet à des utilisateurs de s’exprimer librement. Ou sont les limites dans cette liberté d’expression, et qui est responsable lorsqu’elle est enfreinte ? En somme, la législation est assez floue. L’hébergeur est tenu de prendre une action lorsqu’on lui signale un contenu frauduleux ou à caractère diffamatoire pour terminer la diffusion de ce contenu. Mais la ou le bas blesse, c’est que rien ne dit comment l’hébergeur du service peut apprécier le caractère frauduleux d’un article. En effet, la limite entre un commentaire de consommateur mécontent et de la diffamation est souvent assez floue, est-ce donc à l’hébergeur du service de décider ou elle se trouve ? Si je me mets à fermer tous les blogs incriminés (environ 1 plainte par semaine), je vais à l’encontre de l’un des objectifs du site qui est de permettre aux utilisateurs de s’exprimer librement, d’autant que certaines plaintes sont clairement non fondées. En revanche pour beaucoup de plaintes, je me retrouve dans une situation ou juger du caractère diffamatoire d’un article est franchement difficile sans aller vraiment dans les détails, et mon rôle en tant qu’hébergeur n’est pas de faire l’inspecteur de police ou le procureur général.

LeWeb3 Dernière 13 décembre, 2006

Posté par quentin dans : Analyses,Communautés Virtuelles,Entreprenariat,Réseaux Sociaux , 3 commentaires

Comme c’était prévisible, les blogueurs (particulièrement les non francophones) ont fait un taulé par blog interposé en signe de protestation contre l’irruption de la politique française dans une conférence dédiée au web. Bon, passons.

Qu’y a-t-il à retenir de cette conférence ? C’est dur à dire quand on n’y a pas été emoticone . En tout cas, dans tout ce que j’ai pu lire ici et la, l’intervention de Peres semble avoir soulevé l’émotion chez beaucoup de participants (je suis en train de télécharger les 200m de video…). J’aurais bien assisté aussi à la présentation de Danah Boyd résumée ici sur MySpace.

Etonnant, pour elle, ce qui caractérise les réseaux sociaux, c’est :

1. Persistence – Persistent
Tout ce qui est écrit est enregistré et archivé de manière permanente.

2. Searchability – Recherchable
Toute information est maintenant accessible en quelque secondes via les moteurs de recherche.

3. Replicability – Réplicable
Tout peut etre copié, dupliqué à l’infini.

4. Invisible Audience
L’audience des sites webs et des réseaux sociaux est majoritairement invisible et anonyme.

 

C’est ce dernier point qui m’étonne personnellement. Invisible ? Anonyme ? Ça me semble être bien a l’opposé de ce qu’on voit dans beaucoup de ces réseaux, qui au contraire servent d’outils pour afficher sa personnalité, exprimer ses opinions, exister et justement sortir de l’anonymat qui caractérise traditionnellement le web. Certes, la personnalité affichée en ligne n’a peut être rien à voir avec ce que peut être la personne dans sa vie déconnectée, mais quand bien même il s’agirait de présenter un visage fictif ou une projection de ce qu’on aimerait être, je trouve qu’on est quand même loin de l’invisible et de l’anonyme.

Autre chose qui m’étonne, le nombre de participants présents qui se plaignent des discours trop convenus des représentants des gros du web, et qui déplorent le manque de questions gênantes pour ces intervenants. Il me semble quelque peu injuste de remettre en cause l’organisation de la conférence pour le manque de questions gênantes. Celles-ci doivent être portées par une audience qui, faute d’avoir été challengée dans la présentation doit à son tour challenger le présentateur de ses questions.

Enfin, je finirai sur cette conférence sur une dernière surprise de taille rapportée par ecosphere :

Le modérateur de la conférence a entrepris de faire voter la salle sur cette simple question:

- “pensez-vous que d’ici quelques années les projets des différents membres du panel (les medias collaboratifs de Wikio à Citizenbay) resteront indépendants cad autonome et rentables (je cite de mémoire)”? Et là, chose étonnante, pratiquement aucun bras ne se lève dans la salle.

Le modérateur continue …

- “Pensez-vous qu’ils seront achetés par exemple par des grands groupes de médias [traditionnels]”? Et là, les trois quarts des mains se dressent tout à coup! Dans cette salle composée à 95% du gratin de l’internet, entrepreneurs et blogueurs réunis, la fine fleur du web 2.0!

Alors voila réuni un parterre d’entrepreneurs et d’acteurs du Web 2.0, d’humanistes auto proclamés, de personnes qui veulent changer le monde, donner la parole au peuple, remplacer les médias traditonnels, et j’en passe et des meilleures, et quoi ? Tous pensent qu’un jour ou l’autre le service qu’ils vont mettre en place ou ceux qu’ils affectionnent, d’abord ne seront rentables financièrement ou viables en tant qu’entité autonome, et ensuite finiront par se faire ingurgiter par les médias traditionnels.

He bien quel optimisme ! Si les aboutissements possibles sont soit ça, soit l’échec, peut être devraient ils rajouter dans leurs objectifs « Se faire racheter, devenir millionnaire, et laisser tomber les autres objectifs ». Finalement, 2000 ne semble pas si loin. Au moins en 2000, les entrepreneurs osaient affirmer que leur seul objectif était de devenir riche.

leweb3 encore, et lift 12 décembre, 2006

Posté par quentin dans : Blogging,Communautés Virtuelles,News , ajouter un commentaire

Bon confirmation du post précédent sur leweb3, voila 600 euros de bien économisés. Il semble que la déception soit le mot d’ordre chez les participants, principalement à cause de la récupération politique de l’évènement et du manque d’interactivité avec les participants.

Quelques citations:

The whole conference scheme has been changed and compressed for allowing hours of (for most of us) irrelevant discussions. I’m pissed off, and I’m certainly not the only one. Ici.

 

Mais mes compatriotes sont déçus: “trop politique/commercial, trop langue de bois, pas assez d’infos, d’insides”, “on apprend plus dans les couloirs en tête à tête”. Ici.

 

Just when I thought that this conference couldn’t get worse, these politicians turned up and started talking. Ici.

 

There’s no doubt that today’s conference has been hijacked by French politics. Sessions have been compressed or bumped to accommodate the political beauty parade, and the discussions are of tangential relevance to the conference at best. Ici.

Je pourrais encore citer cet excellent billet traduisant l’amertume de certains participants (et leur humour) :

Sachant que Jean-Paul Gauthier devait se rendre au Web3 de la Porte de Versailles, la chanteuse Céline Dion a immédiatement annulé sa tournée Japonaise et pris deux places pour le 26, le siège juste à côté du 27 dans la salle Equinoxe. Patrick Topaloff himself devrait également être présent, en compagnie de Vladimir Poutine (indigeste au fromage) et de Laurent Fignon, spécialiste de l’orthographe sur la grande boucle, mais il a Internet à la maison, paraît-il. etc.

 

Il est amusant, alors que l’on entend partout dire que le web, les blogs et les réseaux sociaux vont à terme remplacer le journalisme et les médias traditionnels, de voir comment une conférence qui leur est consacrée peut se faire détourner pour finalement leur ressembler comme deux gouttes d’eau. A voir la tournure de cette conférence, on pourrait croire qu’en fait ils ne vont pas les remplacer, mais bel et bien les prendre pour exemple !

Les blogueurs n’ont pas fini d’ironiser :
banner.jpg

ou de protester.
Enfin bon tout ça m’a permis de découvrir que ma ville de Genève allait bientôt accueillir Lift, « a conference about technology in our society », à laquelle je me réjouit d’avance d’assister.

Pas trop de regrets pour leweb3 11 décembre, 2006

Posté par quentin dans : Blogging,Communautés Virtuelles,News , 1 commentaire

La conférence organisée sur le thème des blogs et de l’internet à laquelle je me demandais si j’allais me rendre a commencé aujourd’hui. Pour l’instant, je ne regrette pas trop de ne pas y être allé : la plupart du contenu ou des résumés sont déjà disponible sur le web, et pour l’instant il ne me semble pas avoir manqué grand chose. Des gros qui font la pub de leur produits, des idées pas très innovatrices qu’on labelise « Web 2.0″ ou maintenant « Enterprise 2.0″ comme si on avait inventé la poudre, alors que bon des choses du genre « il faut connecter les utilisateurs » on les entendaient déja en 2000.

L’assemblée semble très scindée entre un « gratin » auto-proclamé et une assemblée un peu geek, et les règles proclamées « Challenge the Audience » et « Ask the audience » pas très respectées. Ca tourne au politique maintenant avec les venues de Shimon Peres et des candidats à la présidentielle… Bref d’une occasion intéressante de débattre de l’avenir, des idées innovantes pour les utilisateurs, des nouvelles méthodes de business, il semble à lire les blogueurs présents qu’on se soit un peu retrouvé chez Drucker… Aujourd’hui, les blogs n’ont plus besoin des politiques pour faire leur pub, mais c’est bien l’inverse qui semble le cas.
Seul regret pour moi l’occasion manquée de rencontrer partenaires et investisseurs potentiels. Bon il faut bien dire que je ne suis pas encore tout à fait prêt pour les investisseurs, alors on dira que c’est partie remise.

Sondage IPSOS sur les Blogs 24 novembre, 2006

Posté par quentin dans : Analyses,Blogging,Forums,News , ajouter un commentaire

ipsos.gifIPSOS vient de publier un sondage extrêmement intéressant sur les blogs.

 

De ce sondage il ressort quelques faits particulièrement intéressants:

Lire les résultats:

ipsoseuroblogs2006.pdf

Une cour américaine déclare les bogueurs non poursuivables 23 novembre, 2006

Posté par quentin dans : Aspects Légaux,Blogging,Forums,News , 1 commentaire

Décidément, encore un article à caratère légal aujourd’hui.

http://www.msnbc.msn.com/id/15817955/ (en anglais).

La cour de justice a déclaré que les blogueurs et opérateurs de forums ne pouvaient pas être rendus responsables des déclarations potentiellement diffamatoires effectuées par d’autres personnes par l’intermédiaire de leur site.
C’est un pas important dans la protection des blogueurs et des propriétaires de forums, qui dans le cas d’une décision contraire se verraient dans l’obligation d’effectuer une modération beaucoup plus stricte des commentaires et posts. La modération est certes un mal nécessaire, qui dans le cadre des blogs reste encore assez facile à gérer, mais dans le cadre de forums très actifs il est assez rapidement difficile de tout controler, et encore plus de vérifier les dires de chacun des membres.

A ma connaissance il n’existe pas de jurisprudence équivalente en France (je n’ai trouvé que ceci, mais c’est un cas de 2004 et le résultat des délibérés n’est pas publié), vivement qu’une cour de justice prenne une décision allant également dans ce sens, afin d’enlever cette espèce d’épée de damocles qui pèse au dessus des opérateurs de sites de contenu généré par l’utilisateur. Reste encore à ce qu’ils prennent la bonne décision, car comme expliqué dans l’article précédent les hébergeurs et FAI restent partiellement responsables du contenu frauduleux hébergé par leurs clients.

Evolution de la blogosphere 14 novembre, 2006

Posté par quentin dans : Analyses,Blogging,Communautés Virtuelles,News , 2 commentaires

Sifry a publié quelques graphes extraits de statistiques de Technorati montrant l’évolution de la blogosphere.

Quelques uns sont particulièrement intéressants:

lire la suite…

123

Le Web Rémunéré |
les codes pokemon |
........l'univers de TINTIN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nateeve05.blogee.com
| BOUCHEKFA
| riadsfes